E

Et voilà, après six mois d’attente, j’ai enfin pu me rendre sur cette petite île qui me narguait avec son centre aquatique!
Au détour de quelques sites, j’avais remarqué cet espace en pleine air fort curieux.
Une première fois, en février, j’avais tenté une approche… Mais le lieu semblait occupé par un tournage.
En rebroussant chemin, je ruminais cet « échec » et souhaitais en savoir plus sur le lieu et ses accès. Spontanément, je me suis mise à questionner une passante sur l’histoire de ce lieu, quelle ne fut pas ma surprise quand cette dame se présentât comme l’ancien maire de la commune!
L’échange fut donc très instructif. Elle me parla des beaux jours de ce lieux et de sa déchéance.
Elle déplorait le pillage dont il avait été victime et ne comprenait pas mon envie de m’y rendre :
« C’est abandonné, sans vie, pillé et tagué de partout. Ca fait mal au coeur! C’est vraiment glauque comme endroit, il n’y a plus rien à voir. »
Et dans ma tête, plus elle lui donnait des qualificatifs plus j’avais envie de m’y rendre, bien que je compatissais. Ca doit être triste pour quelqu’un qui a connu ce lieu au temps de sa superbe.
Mais cela n’a fait qu’attiser ma détermination à m’y rendre.

Sept mois plus tard, à l’aube, j’embarquais pour faire connaissance avec ce mythique toboggan.
L’île en elle-même à un esprit petit village coloniale où il semble bon vivre.
Arrivée sur LE lieu, je commence mon tour de reconnaissance, le plus discrètement possible… Pas assez discrète pour les canards qui dormaient bien tranquillement dans le bassin principal. Leur envolée ne fût pas discrète.
Mais à part ce détail, tout semblait paisible.
J’ai pu faire le tour , grimper dans l’escalier en colimaçon de l’animation phare. Le point d’observation en haut est impressionnant.
La visite continua par le seul bâtiment existant. Les dégradations sont bien réelles hélas. Beaucoup de vestiaires, une salle de restauration, un renard, une salle avec un piano, … Oui oui, un renard surpris par ma présence, il s’est levé d’un bond de dessous un tas de feuilles mortes et s’est enfui. Enfin enfui c’est vite dit, il a eu un temps d’arrêt, comme pour voir à quoi je ressemblais.
J’aime bien ce genre de rencontre!
Après 1h30 de découverte, des petits curieux pointaient leur nez, et n’étant pas très sociable en exploration, j’entamais le retour.

Retrouvez toutes les photos ici!

Il n'y a pas de commentaires